Lisons ensemble : L’affaire Elina de Michel Fièvre

Lisons ensebmle

L’Affaire Elina Michel Fièvre

Editeur : Palémon / Pages : 200 / Sortie : 11 Octobre 2005

L'Affaire Elina
L’Affaire Elina

Un petit Synopsis

Piqué au vif par un baiser mystérieux.

« Ils ne se connaissaient pas, ne s’étaient jamais vus auparavant, et leur première rencontre allait pourtant s’avérer tragique (…). Elle effleura sa joue sans qu’il ne réagisse, puis déposa un baiser au creux de son épaule. Quand Elina franchit à nouveau la fenêtre, quelques instants plus tard, Charles ne dormait plus. Il ne bougeait pas davantage, mais ses yeux clairs, grands ouverts, semblaient remplis de torpeur. On eut dit qu’ils venaient d’apercevoir le Diable. Charles avait simplement cessé de vivre. »

Dans ce polar audacieux à l’imagination débordante se mêlent mystère, amour, science et politique… On retrouve le style très fluide, musical, et l’humour de l’auteur. Polar ou conte philosophique ?… Tendre, original et non conventionnel, intemporel bien que très actuel, l’ouvrage met en évidence avec subtilité les problèmes de société ressentis par tout un chacun.

Mon Avis

Voici mon premier Michel Fièvre, et je n’espère pas le dernier ! Avec une intrigue prenante du début à la fin, les 200 pages passent très rapidement. Chaque chapitre est court, et très facile à lire. A la fin de chacun d’entre eux, on ne veut que passer au suivant.

Kallista, Michel, ou encore Goyo (Le petit singe), je me suis attachée à tous les personnages. Après la mort de quelques scientifique, personne, ni même l’inspecteur Letort n’arrive à attraper la petite Elina. Qui est-elle ? Un scénario d’intrigue, de surréalisme, d’enquête. Polar mais tendre et original. Un mélange de goût qui m’aurait semblé plutôt difficile mais qui m’a tout de même beaucoup plus ! Michel Fièvre nous délivre avec raffinement les problèmes de la société. L’auteur dénonce sur un ton guilleret l’irresponsabilité de certains chercheurs et les agissements coupables des classes politiques dominantes.

Ce qui m’a le plus plu est les adresses au lecteur tels que le dialogue de la page 40, où Letort et le Médecin parle de l’auteur et du livre dans lequel eux-mêmes parlent :  « -Voyez ça avec l’auteur de ce bouquin. Moi, je ne fais que parler par sa plume. »

Je vous conseille donc de lire ce livre qui pour moi est un :

Coup de coeurA lire ou a relire

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s